Secourisme

Public Concerné :

Personnel des entreprises publiques ou privées et étudiants se destinant à travailler dans un domaine technique ou à risque.

Rôle du sauveteur secouriste du travail :

L’intérêt de la prévention des risques professionnels.

Objectif :

Dans le cadre de l'entreprise et sous la responsabilité du Chef d'Établissement (Art R 4224-15 du code du travail) :

Acquérir les connaissances nécessaires en matière de prévention, mettre en application ses compétences au profit la santé et sécurité au travail.

Exécuter les gestes de premiers secours destinés à préserver l’intégrité physique d’une victime en attendant l’arrivée des secours organisés dans le respect de l'organisation de l'entreprise.

Effectif :

4 participants au minimum,

10 participants au maximum.

Durée :

14 heures sur 2 jours,

Programme de la formation :

Conforme au :

Guide des données techniques et conduite à tenir V 1.04/2014

Document de référence V4.04/2014

Descriptif de la formation :

Le sauvetage secourisme du travail :

Connaître les principaux indicateurs de santé au travail, dans l’établissement ou dans la profession,

Connaitre son rôle de sauveteur secouriste du travail,

Connaitre le cadre juridique de l’intervention du SST.

Protéger :

Reconnaître, sans exposer, les risques persistants éventuels qui menacent la victime de l’accident et/ou son environnement. Supprimer, isoler le risque ou soustraire la victime du risque sans s’exposer soi-même.

De protéger à prévenir :

Repérer des dangers dans une situation de travail,

Supprimer ou isoler des dangers, dans la limite de son champ de compétence, de son autonomie et dans le respect de l’organisation de l’entreprise et des procédures spécifiques fixées en matière de prévention.

Examiner la victime et faire alerter :

Examiner la(les) victime(s) avant et pour la mise en œuvre de l’action choisie en vue du résultat à obtenir.

Reconnaître, suivant un ordre déterminé, la présence d’un ou plusieurs des signes indiquant que la vie de la victime est menacée.

Associer au(x) signe(s) décelé(s) le(s) résultat(s) à atteindre.

Dans le cas où il y a manifestation de plusieurs signes, définir l’ordre de priorité des résultats à atteindre

Faire alerter ou alerter :

Transmettre les informations nécessaires et suffisantes aux secours en fonction de l’organisation des secours de l’entreprise.

De "faire alerter" à "informer" :

Informer son responsable hiérarchique et/ou les personnes chargées de prévention dans l'entreprise.

Rendre compte sur les dangers identifiés et sur les actions éventuellement mises en œuvre.

Le secours :

  • La victime saigne abondamment :

Savoir agir devant une hémorragie visible.

  • La victime s’étouffe :

          Savoir reconnaître une obstruction totale des voies aériennes d’un adulte, d’un 
          enfant, d’un nourrisson et agir en conséquence.

  • La victime se plaint d’un malaise:

Savoir agir en présence d’une personne consciente présentant un malaise.

  • La victime se plaint de brûlure :

          Savoir agir devant une brûlure chimique, thermique, électrique, radiation,  
          frottement. 

  • La victime répond, se plaint d’une douleur empêchant certains mouvements :

          Éviter les manipulations intempestives, savoir suspecter une atteinte   
          traumatique des os et des  articulations. Savoir agir en conséquence.

  • La victime se plaint d’une plaie qui ne saigne pas abondamment :

          Savoir agir devant une plaie simple et grave.

  • La victime ne répond pas, mais elle respire :

          Conduite à tenir devant une personne inconsciente et qui ventile : libération 
          des voies aériennes sans matériel.

  • La victime ne répond pas, et ne respire pas :

         Savoir mettre en œuvre une réanimation cardio-pulmonaire et réaliser en toute 
         sécurité une défibrillation automatisée externe chez une victime inconsciente 
         qui ne respire pas.

Déroulement de la formation :

  1. Technique : face à différentes situations, le formateur enseigne à reconnaître la détresse avant d'enseigner les gestes adéquats,
  2. Pratiques : les candidats sont amenés à réaliser eux-mêmes les gestes afin de pouvoir les intégrer correctement,
  3. Cas concrets : les candidats sont placés face à différentes situations simulées qu’ils doivent analyser avant de porter secours à la victime.

Les Services de médecine du travail de l’établissement ainsi qu’un représentant de la CARSAT sont conviés à participer à la formation.

Risques spécifiques à l’entreprise :

On appelle risques spécifiques, tout risque qui nécessite, de la part du SST, une conduite à tenir complémentaire ou différente de celle enseignée dans sa formation de base.

L'avis du médecin du travail dans ce domaine est particulièrement important.

Il convient d’ajouter, le cas échéant, le temps nécessaire pour traiter les risques spécifiques de l’entreprise ou de la profession.

Validation :

Un certificat de Sauveteur Secouriste du Travail valable 24 mois est délivré aux personnes ayant participé activement à l’ensemble de la formation et ayant fait l’objet d’une évaluation continue favorable de la part du formateur.

Ce certificat est reconnu par les services d’état.

Cette formation est dispensée par un formateur certifié par le réseau prévention de l’Assurance Maladie, Risques Professionnels et l’INRS.

Équivalences :

Les titulaires du certificat de Sauveteur Secouriste du Travail, à jour dans son obligation de formation continue est réputé détenir d'enseignement Prévention Secours Civique de niveau 1 (P.S.C.1).

Maintien et actualisation des compétences :

Le certificat de Sauveteur Secouriste du Travail est valable 24 mois.

Avant la fin de cette période de validité, le Sauveteur Secouriste du Travail doit suivre une session de maintien et actualisation de ses compétences de S.S.T pour prolonger la validité de son certificat de 24 mois.

Depuis le 1er janvier 2011, dans le cas où ce maintien et actualisation de ses compétences ferait défaut, le SST "perd sa certification", mais en aucun cas son obligation d'intervenir pour porter secours à une personne en danger (art 223-6 du code pénal)

La validation d'une session de maintien et d'actualisation de ses compétences lui permettre de retrouver sa "certification de S.S.T" et d une nouvelle carte SST lui sera délivrée.

Si l’entreprise souhaite mettre en place une formation de maintien et actualisation des compétences, la durée de celle-ci ne doit pas être inférieure à 7 heures.